• Document: Pathologie des constructions
  • Size: 1.25 MB
  • Uploaded: 2019-02-12 16:26:28
  • Status: Successfully converted


Some snippets from your converted document:

CENTRE UNIVERSITAIRE D’AIN-TEMOUCHENT BP N°284 RP AIN-TEMOUCHENT, 46000- ALGERIE Institut des Sciences et de la technologie Département des Sciences fondamentales, appliquées et de la technologie Pathologie des constructions Cours dispensé aux étudiants de master 2 de Génie Civil) Masters de Génie Civil : Structures et Travaux publics C.U. Ain-Temouchent | Les fissures structurelles 1 Chapitrer 3 – Pathologie du gros œuvre et de la structure C.U. Ain-Temouchent | Les fissures structurelles 2 Les fissures structurelles L’analyse des sinistres montre en effet que, si la fonction « porteuse » ne donne guère lieu à désordres, par contre la fonction « paroi » est, elle, victime de fréquents problèmes d’origines diverses, que l’on peut répertorier selon quatre familles principales : Les désordres par tassements de fondation ; Les fuites des liaisons fenêtres-gros œuvre ; Les désordres des enduits ; Les fissures de la maçonnerie, liées au fonctionnement de la paroi -et dites pour cela « structurelles » sous l’effet de certaines sollicitations (internes ou externes). C.U. Ain-Temouchent | Les fissures structurelles 3 1. Les trois catégories de fissures structurelles d’un mur extérieur : Ces fissurations relèvent, pour l’essentiel, de trois grandes catégories, en fonction de leur origine mécanique : 1. Les fissures de retrait différentiel des matériaux ; 2. Les fissures de mouvements hygrothermiques, saisonniers ou ponctuels, qui affectent cette même paroi ou ses constituants. 3. Les fissures dues à la flexion du plancher supérieur du pavillon, quand il est réalisé en béton armé (fluage) ; 4. Les fissures dues aux ponts thermiques. 5.Les fissures dues aux erreurs de conception ou d’exécution ; C.U. Ain-Temouchent | Les fissures structurelles 4 1 – Le retrait des mortiers et bétons de ciment est un phénomène de rétraction du matériau lors de la perte d’une partie de son eau de fabrication (par séchage et évaporation). Il se manifeste très rapidement et avec une intensité d’autant plus grande que la quantité d’eau utilisée excède par trop le minimum nécessaire à la « prise » de ce mortier ou de ce béton. Des fissures peuvent alors naître au contact de deux éléments d’âges différents, tels les blocs et les joints de montage, notamment lorsque le mortier qui les constitue est « étalé » par temps très sec et que, parallèlement, les blocs ne sont pas « mouillés » avant pose. 2 – Les variations de température ou d’humidité peuvent de leur côté, affecter la paroi de plusieurs manières : C.U. Ain-Temouchent | Les fissures structurelles 5 a) Lorsque celle-ci est formée de matériaux hétérogènes, par exemple : briques et linteaux/chaînage en béton armé. Le comportement différent de ces matériaux peut créer des fissures à leur jonction. b) On sait, par ailleurs, que ces matériaux présentent, du fait des changements de température, des variations dimensionnelles non négligeables (dilatation en été, rétraction hivernale). Ainsi, la paroi d’un mur-pignon, de quelques mètres de longueur, tend en période froide à se rétrécir de plusieurs millimètres. Mais du fait de sa liaison rigide avec les planchers, elle subit des contraintes de traction, susceptibles d’engendrer des fissures verticales. C.U. Ain-Temouchent | Les fissures structurelles 6 3 – Le plancher haut du pavillon est généralement réalisé en béton armé. Un tel plancher peut prendre une légère déformation de flexion dans sa partie centrale. Elle ne nuit pas à sa solidité, mais peut s’accompagner d’une rotation de l’appui sur le mur de façade et d’un soulèvement de la rive du plancher. Cela génère une fissure horizontale sous son arête basse d’appui. 4 – Le plancher bas et/ou haut d’un pavillon peut générer des ponts thermiques si dans sa mise en œuvre certaines dispositions ne sont pas prises. C.U. Ain-Temouchent | Les fissures structurelles 7 2. Fissures de mouvements hygrothermiques : A. Elévation de température ou gonflement uniforme.  Soit une pièce de section A libre de s’allonger Elévation de température Δt° Allongement par unité de longueur , avec acier & béton  Allongement empêché Allongement effectif Pour réaliser ε =0 Appliquer une contrainte de compression σ = εt° E = αΔt°E Force totale C.U. Ain-Temouchent | Les fissures structurelles 8

Recently converted files (publicly available):