• Document: «Exégèse des quatre évangiles de Sainte-Hélène»
  • Size: 13.86 MB
  • Uploaded: 2019-07-21 11:19:46
  • Status: Successfully converted


Some snippets from your converted document:

« Exégèse des quatre évangiles de Sainte-Hélène » Jean-Philippe GANASCIA Vice-Président de La Sabretache « Exégèse des quatre évangiles de Sainte-Hélène » Présentée par Jean-Philippe Ganascia, administrateur de La Sabretache, membre du Souvenir napoléonien – délégation de Suisse. Château de Morges, le 2 décembre 2013 Lit acquis par Albine de Montholon pendant son séjour dans l’île, qui l’offrit à l’Empereur. Après l’avoir utilisé quelques temps, ce dernier le restitua à Mme de Montholon qui l’emporta avec elle lors de son retour en France. Musée de l’Empéri. Exégèse de néophyte, de séminariste dirai-je, j’ai eu le privilège de pouvoir soumettre le résultat de ma recherche à la « correction confraternelle » de Monsieur Jacques Macé, membre du Souvenir Napoléonien, auteur éminent d’un Dictionnaire historique de Sainte–Hélène 1. Je reste bien sûr le seul responsable des imprécisions que j’aurais laissées dans ma présentation. 1 Talliandier, Bibliothèque Napoléonienne, 2004. 1 2 décembre 1805… 2 décembre 2013 Fauteuil tournant du Grand Cabinet des Tuileries, à La Malmaison Austerlitz… Que les Saint-Cyriens du monde entier célèbrent encore aujourd’hui même, en souvenir du créateur de leur école en 1802 et de la victoire remportée au premier anniversaire de l’Empire. 5 mai 1822. L’empereur Napoléon 1er expire. Lit de mort par Steuben ; photo de l’original – Arenenberg 2 Carte de l’île - Dictionnaire historique de Sainte-Hélène - J. Macé Il expire à 17h50, sur un simple lit de camp, à Longwood, sur l’île de Sainte-Hélène, à 1900 km des côtes de l’Afrique et à 3500 km de celles du Brésil, quasiment enfermé depuis des mois dans sa chambre, confiné dans ce que Hudson Lowe lui-même appellera une « maison ordinaire et rurale », qui sera bientôt transformée en grange et en écurie, surveillé par deux régiments anglais, quelques 2000 hommes et 600 pièces d’artillerie … 15 ans de gloire militaire. 15 ans qui ont fait qu’aujourd’hui encore nos amis britanniques affichent dans le hall des mess de leurs officiers la copie de la page du Times du 18 juin 1815 relatant leur victoire à Waterloo. 6 années de captivité. 6 ans de déchéance physique et morale qui ont fait qu’aujourd’hui encore nous lisons, et relisons l’épopée de cet homme. Ce sont peut-être surtout ces dernières années qui firent de l’épopée, plutôt que de la légende, un culte, dont Henri Heine a dit en commentant le cortège funèbre du Retour des Cendres 2 : « Sainte-Hélène sera le Saint Sépulcre où les peuples de l’Orient et de l’Occident viendront en pèlerinage sur des vaisseaux pavoisés et leur cœur se fortifiera par le souvenir du Christ temporel qui a souffert sous Hudson Lowe… ». 2 Gazette Universelle d’Augsbourg, 11 janvier 1841. 3 « Les huit époques de Napoléon ou vie de Napoléon en huit chapeaux » par Ch. de Steuben 1826- Musée de l’Armée : « Vendémiaire – Consulat – Empire – Austerlitz – Wagram – Moscou – Waterloo – Sainte-Hélène » Las Cases écrira dès le 15 octobre 1815, à l’arrivée sur l’île : « Enfin, soixante dix jours après avoir quitté l’Angleterre, et cent dix après avoir quitté Paris, nous jetons l’ancre vers midi ; elle touche le fond, et c’est là le premier anneau de la chaine qui va clouer le moderne Prométhée sur son roc ». Vue de Jamestown en 1815 par G.B Bellasis 4 Achevons cette introduction par ces mots écrits par Noverraz, le fidèle serviteur vaudois, en 1840 : « Ma pensée est toujours à Sainte Hélène. La figure de l’Empereur m’est présente à tous les instants de mon existence. Je lui fus dévoué corps et âme pendant sa vie et j’ai voué à sa mémoire un culte religieux ». C’est en pensant au culte religieux de l’Empereur que Jean Tulard fit éditer en 1981 3 un choix de textes tirés de quatre des plus célèbres mémorialistes de Sainte-Hélène qu’il appela les « quatre évangélistes », Las Cases, Gourgaud, Montholon et Bertrand. Je suis parti de la lecture de ces textes, de ces évangiles, qu’on appellera canoniques, pour en faire une sorte d’exégèse, pour rester dans le vocabulaire religieux Napoléonien. Les textes « apocryphes ». Puisqu’il y a évangélistes, il y a donc évangiles. Puisqu’il y a évangiles, il y a donc évangiles « apocryphes », bien que reconnus par l’Histoire, qu’il nous faut aussi citer. Leur lecture n’est en effet pas soumise à la doctrine de la Foi, ou l’Index ! Elle est n

Recently converted files (publicly available):